Faut-il que le cordon sanitaire médiatique soit rompu en Belgique ?

Dernière mise à jour il y a 16 heures, le 14/05/2020

Description :

Le « cordon sanitaire » est une pratique politique belge instaurée en deux étapes en 1989 et 1992 entre les partis politiques flamands, à l'initiative du dirigeant écologiste flamand Jos Geysels, visant à exclure les partis politiques d'extrême droite de toute majorité politique. En Flandre, la pratique du cordon sanitaire se limite à un accord entre partis démocratiques pour ne pas conclure de coalition avec le VB, alors qu'en Belgique francophone elle a été étendue à certains médias, en particulier au service public. Le cordon sanitaire est mis en place en deux grands volets: - le volet « politique » : il n'est basé sur aucun texte législatif, seuls des accords entre partis le maintiennent. Il consiste, pour les partis démocratiques, à éviter toute discussion ou coalition avec un parti extrémiste et à le maintenir dans l'opposition ; - le volet « médiatique » : les médias doivent éviter de parler des partis extrémistes en termes positifs, ne pas donner la parole aux chefs de partis extrémistes et mettre l'accent sur les éventuelles décisions judiciaires à leur encontre.

Hyperliens

Dossiers

territoire(s) concerné(s)
 Veuillez patienter...
 Veuillez patienter...
 Veuillez patienter...
 Veuillez patienter...

Description :

Le « cordon sanitaire » est une pratique politique belge instaurée en deux étapes en 1989 et 1992 entre les partis politiques flamands, à l'initiative du dirigeant écologiste flamand Jos Geysels, visant à exclure les partis politiques d'extrême droite de toute majorité politique. En Flandre, la pratique du cordon sanitaire se limite à un accord entre partis démocratiques pour ne pas conclure de coalition avec le VB, alors qu'en Belgique francophone elle a été étendue à certains médias, en particulier au service public. Le cordon sanitaire est mis en place en deux grands volets: - le volet « politique » : il n'est basé sur aucun texte législatif, seuls des accords entre partis le maintiennent. Il consiste, pour les partis démocratiques, à éviter toute discussion ou coalition avec un parti extrémiste et à le maintenir dans l'opposition ; - le volet « médiatique » : les médias doivent éviter de parler des partis extrémistes en termes positifs, ne pas donner la parole aux chefs de partis extrémistes et mettre l'accent sur les éventuelles décisions judiciaires à leur encontre.

Hyperliens

Dossiers

territoire(s) concerné(s)

Arguments

 Veuillez patienter...
 Veuillez patienter...
 Veuillez patienter...
 Veuillez patienter...