Pour des territoires scolaires émancipateurs

Dernière mise à jour il y a 24 heures, le 07/05/2020

Genre de texte Opinion (plaidoyer, éditorial, essai, critique artistique,...)

Date de publication 06/05/2020

source facebook.com voir la source

Origine Internet / web

langue français

Auteur(s) du texte

Ajouter une nouvelle citation en surlignant l’extrait dans le texte si dessous ou en encodant la citation dans le formulaire en dessous du texte (et en cliquant ensuite sur le crayon)
Il est particulièrement difficile de dégager une majorité politique pour décider de tout autres finalités pour l’école, et difficile aussi de faire adhérer à un tel projet la majorité des parties prenantes du système scolaire.

Certains estiment dès lors que la meilleure voie pour changer le système est de développer des initiatives locales (nouvelles écoles ou écoles redéfinissant leur projet), pour qu'elles fassent tache d'huile. Mais, de facto, ces initiatives de plus en plus nombreuses contribuent à la fragmentation du système et renforcent encore le marché scolaire.

Les TERRITOIRES SCOLAIRES ÉMANCIPATEURS pourraient être une voie intermédiaire. L’idée ? Qu’au sein de territoires regroupant une ou quelques communes, l’ensemble des écoles (ou au moins une large majorité d’entre elles) se mettent d’accord sur des finalités et sur des règles d’inscription.

Des finalités communes… et tout autres. Par exemple, apprendre aux enfants et aux jeunes à accepter et pratiquer, entre eux et quand ils seront adultes, l’égalité de pouvoir et de reconnaissance matérielle et symbolique. Leur apprendre à cultiver leur singularité sans jamais perdre de vue que celle-ci doit s’inscrire dans une humanité qui la dépasse. Et aussi : les rendre attentifs et aptes à interroger la pertinence des efforts que les humains déploient pour accroître toujours davantage leur maîtrise sur toute chose.

Quant aux règles d’inscription, elles devraient contribuer à ces finalités en faisant de chaque école une communauté de vie et d’apprentissage bigarrée, composée d’enfants de toutes origines.

Les temps paraissent mûrs pour qu’émergent en Wallonie et à Bruxelles quelques TERRITOIRES SCOLAIRES ÉMANCIPATEURS, en commençant par le niveau fondamental.

Non ?
Ajouter une citation




Il n'y a aucune citation
 Veuillez patienter...

Genre de texte Opinion (plaidoyer, éditorial, essai, critique artistique,...)

Date de publication 06/05/2020

source facebook.com voir la source

Origine Internet / web

langue français

Auteur(s) du texte

Citations

Ajouter une nouvelle citation en surlignant l’extrait dans le texte si dessous ou en encodant la citation dans le formulaire en dessous du texte (et en cliquant ensuite sur le crayon)
Il est particulièrement difficile de dégager une majorité politique pour décider de tout autres finalités pour l’école, et difficile aussi de faire adhérer à un tel projet la majorité des parties prenantes du système scolaire.

Certains estiment dès lors que la meilleure voie pour changer le système est de développer des initiatives locales (nouvelles écoles ou écoles redéfinissant leur projet), pour qu'elles fassent tache d'huile. Mais, de facto, ces initiatives de plus en plus nombreuses contribuent à la fragmentation du système et renforcent encore le marché scolaire.

Les TERRITOIRES SCOLAIRES ÉMANCIPATEURS pourraient être une voie intermédiaire. L’idée ? Qu’au sein de territoires regroupant une ou quelques communes, l’ensemble des écoles (ou au moins une large majorité d’entre elles) se mettent d’accord sur des finalités et sur des règles d’inscription.

Des finalités communes… et tout autres. Par exemple, apprendre aux enfants et aux jeunes à accepter et pratiquer, entre eux et quand ils seront adultes, l’égalité de pouvoir et de reconnaissance matérielle et symbolique. Leur apprendre à cultiver leur singularité sans jamais perdre de vue que celle-ci doit s’inscrire dans une humanité qui la dépasse. Et aussi : les rendre attentifs et aptes à interroger la pertinence des efforts que les humains déploient pour accroître toujours davantage leur maîtrise sur toute chose.

Quant aux règles d’inscription, elles devraient contribuer à ces finalités en faisant de chaque école une communauté de vie et d’apprentissage bigarrée, composée d’enfants de toutes origines.

Les temps paraissent mûrs pour qu’émergent en Wallonie et à Bruxelles quelques TERRITOIRES SCOLAIRES ÉMANCIPATEURS, en commençant par le niveau fondamental.

Non ?
Ajouter une citation




Il n'y a aucune citation
 Veuillez patienter...