Robots
Cookies

Pr�f�rences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident � am�liorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Produits locaux, de saison�: le Covid-19, acc�l�rateur de transition du secteur agroalimentaire�?

Produits locaux et de saison dans les supermarch�s, plateformes num�riques r�f�ren�ant les producteurs locaux, livraison de paniers� Face � la crise du Covid-19, de nombreux acteurs s'organisent pour sauver les productions.

Agro�cologie  |    |  Sophie Fabr�gat  |  Actu-Environnement.com
Produits locaux, de saison�: le Covid-19, acc�l�rateur de transition du secteur agroalimentaire�?

Et si l'�pid�mie de Covid-19 �tait un acc�l�rateur de transition du secteur agroalimentaire�? Face � l'urgence, producteurs, distributeurs, industriels, collectivit�s et consommateurs sont appel�s � se mobiliser pour sauver les r�coltes et productions fran�aises. Et dessiner un mod�le plus durable de notre approvisionnement alimentaire�?

Apr�s la fermeture de la restauration hors domicile mi-mars, la d�cision, une dizaine de jours plus tard, de fermer les march�s a �t� un coup dur pour le secteur agricole, qui �coule une partie de ses productions par cette voie. Si le Gouvernement a, depuis, d�cid� d'assouplir cette d�cision, � condition que des mesures sanitaires soient prises, les initiatives se multiplient pour d�ployer d'autres canaux de vente de productions agricoles fran�aises. Elles viennent renforcer les circuits traditionnels de vente de proximit� qui s'appuient sur les magasins de producteurs, la distribution de paniers (Amap�), la vente directe � la ferme...

La grande distribution ach�te fran�ais, mais � quel�prix�?

De nombreuses enseignes de la grande distribution, � l'instar d'Intermarch�, des Magasins�U ou encore d'Auchan, se sont engag�es � mettre sur leurs �tals les productions locales�: mara�ch�res, produits issus de la p�che, de l'�levage... Le groupe�Carrefour s'engage notamment � ne commercialiser que des productions fran�aises pour les produits disponibles et de saison�: c'est notamment le cas pour les fraises, les asperges et les concombres.

De son c�t�, le�P-DG de Picard surgel�s, Philippe�Pauze, a appel� agriculteurs et p�cheurs fran�ais � contacter son �quipe d'approvisionnement pour ���tudier la possibilit� de surgeler�[les] productions du moment��. L'enseigne est d�j� engag�e, depuis quelques ann�es, aux c�t�s de la fili�re bio pour commercialiser des l�gumes biologiques locaux. Des entreprises, telles que Danone, LSDH ou Sodiaal, s'engagent � augmenter leurs collectes de lait ��made in�� France pour le transformer, la fili�re ayant des difficult�s � �couler sa production aujourd'hui.

Mais la Conf�d�ration paysanne alerte sur la r�mun�ration des agriculteurs�: ��La solidarit� sur l'�coulement des volumes ne suffit plus. Nous attendons de la distribution plus de responsabilit� �galement en mati�re de transparence sur les prix d'achats et de vente, et �galement sur une r�partition des marges plus �quitable entre tous les acteurs des fili�res��. Malgr� les �tats g�n�raux de l'alimentation et la loi�Egalim qui a suivi, les agriculteurs peinent � �tablir des relations commerciales �quilibr�es. ��Cette "solidarit�" de la grande distribution doit se traduire dans les actes de mani�re structurelle��, pr�vient le�syndicat.

Le Mouvement de d�fense des exploitants familiaux�(Modef) demande la mise en place d'un prix plancher d'achat pour chaque production agricole. ��Ce prix plancher tient compte de l'�volution des co�ts de production en fonction des bassins de production et des revenus des producteurs de chaque fili�re agricole��, pr�cise l'organisme. La loi de�2005, relative au d�veloppement des territoires ruraux, ��pr�voit qu'un coefficient multiplicateur entre le prix d'achat et le prix de vente des fruits et l�gumes p�rissables peut �tre instaur� en p�riode de crises conjoncturelles��, rappelle-t-il.

Des outils pour localiser les producteurs locaux et les circuits courts

 
De nombreuses enseignes de la grande distribution (...) se sont engag�es � mettre sur leurs �tals les productions locales : mara�ch�res, produits issus de la p�che, de l'�levage... 
 
En parall�le, les initiatives visant � d�velopper les circuits courts s'amplifient�: plateformes num�riques recensant les producteurs locaux, organisation des acteurs � l'�chelle locale�

La Conf�d�ration paysanne et la F�d�ration nationale d'Agriculture Biologique�(FNAB) proc�dent au recensement des plateformes et initiatives locales destin�es aux circuits courts.

Des Centres d'initiatives pour valoriser l'agriculture et le milieu rural�(Civam) ont �galement lanc� des outils collaboratifs pour localiser les producteurs et les circuits courts � l'�chelle d�partementale.

Pour rappel, il s'agissait de l'une des pr�conisations issues des �tats g�n�raux de l'alimentation�: d�velopper des plateformes num�riques de mise en r�seau et de partage d'informations entre producteurs, artisans, transformateurs, distributeurs, acheteurs publics�

Les collectivit�s territoriales s'en m�lent

��De leurs c�t�s, les collectivit�s locales disposent de moyens logistiques, comme les transports scolaires, ou des b�timents publics vides, qu'ils pourraient mettre � disposition de groupes de paysan-ne-s pour faciliter la livraison sur des points fixes ou carr�ment � domicile. Des mairies agissent d�j࠻, indiquent la�Fnab et la Conf�d�ration paysanne. �piceries ambulantes, livraisons � domicile, pr�parations de repas pour les plus fragiles� Les initiatives se multiplient et les deux organisations les recensent pour en inspirer d'autres.

D'ailleurs, le Gouvernement a �tendu aux fraises et aux asperges les possibilit�s d'indemnisations des producteurs en cas de dons aux h�pitaux, EHPAD, institutions p�nitentiaires� ��Les retraits communautaires sont une mesure de gestion de crise int�gr�s dans les programmes op�rationnels des organisations de producteurs ou des associations d'organisations de producteurs�(OP)��. Les fruits et l�gumes retir�s du march� peuvent faire l'objet d'une distribution gratuite aux organisations caritatives et � certains organismes, et sont indemnis�s �100�%.

R�actions4 r�actions � cet article

 

d'apr�s ce que j'ai lu, 50% des produits agricoles consomm�s dans l'UE viennent de l'ext�rieur ... le covid 19 est un mal pour un bien !
On va repartir dans la bonne direction en faisant un demi tout complet pour revenir � une autonomie alimentaire, et il faudra faire la m�me chose avec l'autonomie �nerg�tique avec les �nergies renouvelables ! L'autonomie n'est pas un isolement , elle permet de ne pas cr�er de liens toxiques ... ("tu me vends tu p�trole et je te vend des armes" ... par exemple ! )

laurent | 03 avril 2020 � 09h52
 
Signaler un contenu inappropri�
 

C'est quoi un mode plus durable de l'approvisionnement alimentaire ? Je n'ai toujours pas tout compris sauf l�indemnisation des distributions gratuites ! Ce n'est qu'un aller sans retour vers les grandes organisations staliniennes communistes pr�n�es par la conf, le modef sans oublier les safer financ� par les grands groupes agroalimentaires qui voient d'un tr�s bon �il la chute des cours et l'avalanche des produits dans les champs � stocker en surgel�s pour les redistribuer dans un monde meilleur. On en reviendrait aux offices !!! cass�s par la commission de la concurrence de la CEE noyaut�e par les britanniques. C'est quoi l'�cologie? Le fric pour les verts pour une nouvelle soci�t� � inventer non � coup de fusil mais � coup de virus?

zhaooo2000 | 03 avril 2020 � 11h12
 
Signaler un contenu inappropri�
 

zhaooo2000: quelle diatribe! Avec vous, c'est s�r, tout est d�j� condamn�, surtout ne faisons aucun effort pour changer quoi que ce soit ! C'est donc que vous y avez int�r�t. On voit d'ailleurs � quoi �a nous m�ne...Moi je crois au contraire que les gens vont tr�s bien s'en tirer et sauront mettre � profit les initiatives des petits producteurs qui sont , je l�affirme clairement, pl�biscit�s par la population. Ce virus a le m�rite de d�montrer les faiblesses de notre soci�t�. Le prix plancher devrait exister depuis belle lurette et l'approvisionnement pr�f�rentiel en produits fran�ais aussi, m�me s'ils sont plus chers, �a suffit le moins disant qui nous conduit � ing�rer n'importe quoi.Toute l'organisation qui se met en place actuellement pour les circuits courts devra perdurer au del� de la crise.Les collectivit�s locales devront y aider, elle sont l� pour �a.

ga�a94 | 03 avril 2020 � 16h35
 
Signaler un contenu inappropri�
 

Sur ce coup l�, totalement d'accord avec vous, laurent. En esp�rant seulement qu'on reparte bien dans la bonne direction comme vous le dites une fois la crise covid 19 d�pass�e.
zhaooo2000, en revanche, comment dire...

P�gase | 03 avril 2020 � 18h20
 
Signaler un contenu inappropri�
 

R�agissez ou posez une question � la journaliste Sophie Fabr�gat

Les r�actions aux articles sont r�serv�es aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits � la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caract�res maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Central Nervous System : l'�volutivit� machine au c�ur de la strat�gie Pellenc ST