Proposition d'encadrement des loyers : Le SNPC dit NON

Dernière mise à jour il y a 4 jours, le 04/02/2020

Genre de texte Opinion (plaidoyer, éditorial, essai, critique artistique,...)

Date de publication 11/08/2015

source snpc-nems.be voir la source

Origine Internet / web

langue français

Auteur(s) du texte

Ajouter une nouvelle citation en surlignant l’extrait dans le texte si dessous ou en encodant la citation dans le formulaire en dessous du texte (et en cliquant ensuite sur le crayon)
Proposition d'encadrement des loyers : Le SNPC dit NON


Le sujet du journal télévisé :

https://www.rtbf.be/video/detail_proposition-encadrer-les-loyers-a-bruxelles?id=2035561

Ce que le reportage ne reprend pas, c'est la thèse du SNPC qui est évidemment CONTRE le principe même de l'encadrement des loyers.

En quelques mots :

- la déclaration de politique régionale ne prévoit pas un tel encadrement

-un récent rapport européen (2014) démontre les effets négatifs des systèmes de contrôle des loyers sur les dynamiques économiques du marché immobilier. Il conclut que les effets pervers de ces systèmes en termes de conséquences indirectes sur la stabilité du marché résidentiel devraient dissuader leur mise en place dans un but de rédistribution et de correction des inégalités. Les considérations sociales telles que la pérennisation de l'offre de logements abordables pour les jeunes ou les foyers à revenus modestes et la prévention de l'augmentation de personnes sans abri nécessitent la mise en place de politiques plus ciblées basées sur des avantages sociaux qui n'auraient pas de conséquences négatives sur l'efficacité du marché immobilier.

- annihiler la (le peu de) rentabiilté du marché locatif reviendrait à laisser lettre morte les investissements de rénovation des logements loués ou les investissements dans ce segment du marché

-ces mesures ne permettraient pas de lutter contre les marchands de sommeil de manière plus efficaces qu'aujourd'hui (les personnes qui en sont victimes ne portent pas plainte).

En outre, on s'axe sur le loyer "trop cher", mais on ne parle nullement ni du faible niveau de revenus des personnes concernés (problèmes de faiblesse des revenus et non de cherté des loyers), ni des problèmes causés par les charges qui ne font qu'augmenter année après année.
Ajouter une citation




Il n'y a aucune citation
 Veuillez patienter...

Genre de texte Opinion (plaidoyer, éditorial, essai, critique artistique,...)

Date de publication 11/08/2015

source snpc-nems.be voir la source

Origine Internet / web

langue français

Auteur(s) du texte

Citations

Ajouter une nouvelle citation en surlignant l’extrait dans le texte si dessous ou en encodant la citation dans le formulaire en dessous du texte (et en cliquant ensuite sur le crayon)
Proposition d'encadrement des loyers : Le SNPC dit NON


Le sujet du journal télévisé :

https://www.rtbf.be/video/detail_proposition-encadrer-les-loyers-a-bruxelles?id=2035561

Ce que le reportage ne reprend pas, c'est la thèse du SNPC qui est évidemment CONTRE le principe même de l'encadrement des loyers.

En quelques mots :

- la déclaration de politique régionale ne prévoit pas un tel encadrement

-un récent rapport européen (2014) démontre les effets négatifs des systèmes de contrôle des loyers sur les dynamiques économiques du marché immobilier. Il conclut que les effets pervers de ces systèmes en termes de conséquences indirectes sur la stabilité du marché résidentiel devraient dissuader leur mise en place dans un but de rédistribution et de correction des inégalités. Les considérations sociales telles que la pérennisation de l'offre de logements abordables pour les jeunes ou les foyers à revenus modestes et la prévention de l'augmentation de personnes sans abri nécessitent la mise en place de politiques plus ciblées basées sur des avantages sociaux qui n'auraient pas de conséquences négatives sur l'efficacité du marché immobilier.

- annihiler la (le peu de) rentabiilté du marché locatif reviendrait à laisser lettre morte les investissements de rénovation des logements loués ou les investissements dans ce segment du marché

-ces mesures ne permettraient pas de lutter contre les marchands de sommeil de manière plus efficaces qu'aujourd'hui (les personnes qui en sont victimes ne portent pas plainte).

En outre, on s'axe sur le loyer "trop cher", mais on ne parle nullement ni du faible niveau de revenus des personnes concernés (problèmes de faiblesse des revenus et non de cherté des loyers), ni des problèmes causés par les charges qui ne font qu'augmenter année après année.
Ajouter une citation




Il n'y a aucune citation
 Veuillez patienter...